isonic medical, glaucoma testing, vibration tonometry

a quantum leap in glaucoma detection and monitoring

Tensions

 

Chez l’ophtalmo

 

Pour la 3ème fois, je demande au patient de se détendre, de bien appuyer sa tête sur l’appareil et sans bouger. Pour la 3ème fois, je tente d’appliquer le tonomètre sur sa cornée avant qu’il ne cligne de l’oeil.

 

Pourtant, je suspecte un début de glaucome et le lui dire ne va pas le détendre non plus. Bon sang, si je pouvais prendre cette fichue tension à distance!

 

70% des adultes et 90% des enfants ont un recul reflex dès qu’un objet leur touche l’oeil. Un reflex salutaire pour l’humanité mais dramatique chez l’ophtalmo qui recule souvent l’échéance quand le patient est trop nerveux. Mais là je ne peux plus reculer, si j’en crois mon intuition, il me faut sa tension.

 

Mon patient est assis devant moi et il cherche à comprendre tout seul et plus vite que moi, il se rappelle ce qu’il a lu sur internet, il me précède sur certaines phrases. Il est arrivé avec sa vision troublée de l’oeil droit et son cerveau gauche débordant de Wikipédia. Il a compris ce qu’il avait, avant mon diagnostic, enfin presque. Il se voit un décollement de rétine parce qu’il a peur de comprendre que c’est un début de glaucome. Il a pourtant tous les éléments en main. Alors, docteur?

 

Mes quelques années d’expérience en ophtalmologie ne m’aident pas à formuler ce qu’il redoute sans le dire. J’ai déjà évité de jouer les experts outragés par le jeune savoir de ce jeune retraité.

 

- Bon, c’est un plus sérieux qu’un décollement!

 

- Glaucome ??

 

- Exact, un début de glaucome, classique d’ailleurs, traitable bien sûr!….Et puisque vous avez compris l’essentiel, vous allez nous aider dans le traitement.

 

- OK je ne demande pas mieux mais est-ce que je vais subir à chaque fois la soufflette dans l’oeil pour prendre la tension. A chaque pschitt, j’ai l’impression d’être encore plus malade.

 

- Oui, ça na pas été facile mais justement, il faut votre tension chaque semaine pour ajuster le traitement

 

- Mais docteur, je ne peux pas prendre une demie-journée par semaine.

 

- Ce sera vous qui prendrait votre tension…..

 

- Ben je ne suis jamais arrivé à me coller une lentille plus d’1 mois d’affilée alors prendre ma tension…

 

- Je vais vous montrer un prototype qui va vous rassurer, et c’est vous qui allez l’essayer très vite…Voilà, vous allez faire avancer la science, dis-je au second degré.

 

- Wouaw, on dirait un “manche à balai” virtuel, et on voit mieux avec ??

 

- On voit mieux après le traitement, pas tout de suite. Le manche à balai s’ajuste à vos yeux et mesure la tension sans aucun contact, même pas la soufflette comme vous dites.(il est dubitatif, ses yeux vont plonger dans un inconnu plus agressif que les jeux vidéos qu’il doit bien connaître, mais l’attrait de la technique semble plus fort chez ce semi-geek)

 

- J’essaye ??

 

- Ce n’est qu’une maquette, si c’était l’appareil j’aurais déjà évité 2 tentatives ratées avec la soufflette.

 

J’attend le proto la semaine prochaine.

 

La tendance est là. Puisqu’il “sait”, il va participer. je me demande si son enthousiasme va impacter le traitement. Probable…

 

J’ai en main un joujou technologique parmi tant d’autres qui annoncent cette tendance à l’auto-surveillance, à l’auto-contrôle, tendance à une meilleure adéquation des traitements parce qu’ils sont mieux suivis, parce qu’ils sont mieux compris….enfin c’est ce que dit l’argumentaire du docteur Bitoun

 

Voilà, avec la diffusion de la connaissance, la tendance à l’auto-surveillance, est devenue un signal fort.

 

Et plus le patient participe, mieux il se soigne.

 

Ces joujoux technologiques nous aident à prendre en marche le train de l’auto-surveillance à domicile.